Pourquoi l’eau de la Garonne est elle marron ?

lundi 22 février 2016
par  Marc Lafosse
popularité : 33%

Nous allons enfin percer le secret de polichinelle que renferme le port de la Lune. L’explication de la couleur de l’eau de la Garonne est aussi difficile à trouver que le carrosse de Napoléon caché, semble t’il dans la dernière pile du Pont de pierre.

 

 

Bon nombre d’explications paraissent aussi irrationnelles que fantasques…Certains phénomènes physiques ont même été incriminés afin d’expliquer la cause de cette fameuse couleur. Non, le mascaret n’est pas responsable d’une extraordinaire remise en suspension capable de colorer l’estuaire sur 150 kilomètres ; non la Garonne n’est pas en crue perpétuellement ; non, les dragages d’entretien du port ne peuvent être les bouc émissaires d’une telle suspension…L’origine de la coloration « vin blanc nouveau » de notre fleuve est d’origine physique.

 

 

JPEG - 71.7 ko

 

La Garonne possède une charge sédimentaire (particules solides d’origine terrigène en suspension dans l’eau) estimée en moyenne à 1 700 000 tonnes de sédiments par an. Cette charge est donc en permanence remaniée par les marées à cause des courants qui alternent entre le descendant (jusant) et le montant (flot). Ce même courant, dont l’influence se fait sentir jusqu’à La Réole, engendre une confrontation entre les eaux douces venant du bassin versant et les eaux salées venant du Golfe de Gascogne.

 

 

 

C’est alors qu’intervient la floculation des particules d’argile.

 

 

En effet, au contact des cations des eaux salées (sodium, magnésium, calcium), chargés positivement, les particules d’argile, chargées quant à elles négativement, forment des floculats, ou flocs qui restent en suspension dans un fleuve en mouvement. C’est ainsi qu’à l’étale de haute mer, lorsque l’eau est calme pendant quelques minutes, ces floculats se déposent au fond de l’estuaire. Dans cette zone de rencontre entre l’eau salée et l’eau douce on estime que chaque marée apporte neuf centimètres de "crème de vase".

 

 

Lors de la marée descendante, la violence du courant remet en suspension la plus grande partie de ce dépôt et occasionne alors le phénomène du "bouchon vaseux". Ainsi huit centimètres des dépôts précédents sont remis en suspension deux fois par jour. Cette remise en suspension s’effectue principalement dans le chenal. Elle n’a pas lieu dans les zones calmes.

 

La floculation des particules d’argiles est ainsi directement responsable du colmatage très rapide des bras morts dans l’estuaire moyen et de la création d’îles végétalisées (ex : Iles de Patiras, Nouvelle, Verte, Croûte etc …).

Le bouchon vaseux de l’estuaire de la Gironde, présent aux alentours de Blaye, forme un « piège à particules » où la concentration en matière en suspension peut atteindre 0.5 à 3 grammes par litre.(jusqu’à 400 g/L lorsqu’il se dépose)  

 

Le sel, est donc le seul responsable de la coloration de notre fleuve, il faut pour cela que l’eau salée ai une concentration comprise entre 3 et 7 %o. C’est pour cela, que la Garonne retrouve sa limpidité à La Réole où l’eau n’est pas assez salée.